19 Juin 2011, messidor

« Quel mot, quel hasard, quelle surprise, ma volonté a choisi la vie, pourtant elle me fait peur à moi et à beaucoup d’autres aussi ». « La leçon de piano »

Ce soir là, j’étais loin de deviner ce qui m’attendait : un chemin de traverse allait s’ouvrir devant moi avec sans autre alternative que de devoir l’emprunter. Un simple concert  et deux rencontres allaient enclencher un compte à rebours, celui d’une bombe qui allait m’exploser au visage douze heures plus tard.

Oui, je me souviens avoir levé les yeux au ciel lors de cette occasion et formulé un vœu: celui d’avoir deux vies. Je ressens d’ailleurs encore la chaleur des projecteurs baigner ma tête comme la beauté musicale me transpercer le cœur.

il y aussi ce meilleur ami qui vint me voir au coeur de cette soirée là pour veiller sur moi ; je m’étais éclipsé en fond de salle pour respirer, pris de nausées par une force invisible qui me prenait à la gorge, qui me liquéfiait, j’avais inconsciemment commencé à perdre pied.

Jean d’Ormesson écrivit cette phrase magnifique: « Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde ».

Et si ce monde, ces fragments de temps n’étaient autres que la vie, la mort et la naissance ? C’est en vérité tout cela , car ce soir là, j’allais mourir, renaitre, partir à la découverte d’un nouveau monde et vivre l’incroyable , l’impossible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Quel mot, quel hasard, quelle surprise, ma volonté a choisi la vie, pourtant elle me fait peur à moi et à beaucoup d’autres aussi» –

 

« La leçon de piano »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *